LE DÉSERT MONASTIQUE

Jésus qu’a donc de si fascinant ton Regard Qu’a donc de si doux ton Amour que de pauvres pécheurs encore partagés en leur cœur entre ton Royaume et celui des illusions de la terre en viennent à Te suivre en quittant tout

Ô moine tous les avantages dont tu étais pourvu tu les as considérés comme un désavantage à cause du Christ Bien plus désormais tu considères tout comme désavantageux à cause de la supériorité de la connaissance du Christ ton Sauveur À cause de Lui tu as accepté de tout perdre afin de gagner le Christ et d’être trouvé en Lui n’ayant plus comme justice que celle qui vient de Dieu et s’appuie sur la foi

Ô Moine oublie le chemin parcouru va droit de l’avant tendu de tout ton être cours vers le but en vue du prix que Dieu t’appelle à recevoir là-haut dans le Christ


Les moines répondent à l’appel du Christ au point d’anticiper dès à présent la gloire et la transfiguration futures qui seront les nôtres. Les moines vivent le renoncement à l’amour humain en sa fécondité et aussi en sa joie pour être, dès à présent, le signe de l’Absolu de Dieu qui partage à ceux qui L’aiment l’Absolu de la Vie. Dans cette mort apparente d’une dimension de l’existence humaine, ils deviennent des signes donnés par Dieu de la Résurrection des morts. Ils acceptent cette mort apparente de leur puissance humaine pour que resplendissent la fécondité et la puissance de l’Amour qui vient de Dieu. En ce temps du relatif, les moines sont les témoins de l’absolu. En ce temps de l’histoire, les moines sont les témoins de l’achèvement de l’histoire. En ce temps de l’engendrement de la mort, les moines sont les témoins de la Résurrection. Cardinal Lustiger


***


Saint Antoine † 356

Antoine, ayant marché trois jours et trois nuits, arriva à une montagne assez haute au pied de laquelle était une source dont l’eau était extrêmement fraîche. Poussé par un mouvement de Dieu, il conçut de l’amour pour ce lieu-là. Ayant pris des pains des mains de ceux qui l’avaient guidé, il demeura seul dans la montagne, nul autre qu’eux ne le sachant. Vita 16
Celui qui est établi au désert est débarrassé de trois guerres : l’ouïe, la parole, la vue. Il n’en reste plus qu’une seule, la guerre du cœur.

Saint Paul l’ermite † 342

Si quelqu’un possède la pureté, tout lui sera soumis comme Adam dans le paradis.

Saint Pacôme † 346

Pendant une famine, se souvenant que « si un membre souffre, tous souffrent avec lui », Pacôme s’affligeait et se mortifiait davantage, en des jeûnes et des prières plus abondantes. Vies coptes de Saint Pacôme 169
Il priait jour et nuit pour le salut de nos âmes et celles du monde entier. Id.231

Saint Macaire † 390

L’homme intérieur regarde tous les hommes d’un œil pur et il se réjouit alors à cause de tout l’univers, et il ne désire de tout son cœur qu’aimer et vénérer chacun.
Le solitaire est appelé moine parce qu’il converse avec Dieu jour et nuit et n’imagine rien que les choses de Dieu sans rien posséder sur terre.

Saint Hilarion † 372

De Palestine, Abba Hilarion se rendit sur la montagne chez Abba Antoine. Et Abba Antoine lui dit : « Tu es le bienvenu, porte-lumière qui te lèves le matin. » Et Abba Hilarion lui dit : « Paix à toi, colonne de lumière qui éclaires le monde. »

Saint Ephrem † 373

Celui qui célèbre tout seul au désert
est une assemblée nombreuse.
Si deux s’unissent pour célébrer parmi les rochers,
des milliers, des myriades sont là, présents.
S’il y en a trois qui se rassemblent,
un quatrième est parmi eux.
Sont-ils crucifiés sur le roc
et marqués d’une croix de lumière,
l’Église est fondée.
Sont-ils réunis, l’Esprit repose sur eux.
Et quand ils terminent leur prière,
le Seigneur se lève et sert ses serviteurs.
Le jeûne est leur offrande, la veille leur prière.
Leurs méditations sont l’holocauste,
leur célibat, la victime.
Leur pureté est le voile du sanctuaire.
Leur humilité, un encens parfumé.
La louange qui monte des grottes
est le sacrifice caché pour Dieu.
Leur cœur, au plus profond, est le Saint des saints,
là est érigé l’autel de la réconciliation.

Saint Basile de Césarée † 379

Ô Solitude, ô foyer de la doctrine,
école du céleste et divin savoir,
où Dieu est tout ce que nous pouvons apprendre.
Ô désert !  Paradis de douceur
où les fleurs parfumées de la charité
tantôt éclatent dans une lumière de feu,
tantôt brillent de leur pureté de neige !
Dans l’encensoir de la prière continuelle,
pétille le feu brûlant et doux,
la flamme immortelle de l’Amour.

Saint Isaac de Ninive † V° siècle

Hâte-toi d’entrer dans la chambre nuptiale de ton cœur,
là tu trouveras la chambre nuptiale du ciel.
Car ces deux chambres ne sont qu’une
et par une seule et même porte
ton cœur peut pénétrer dans l’une et dans l’autre.
L’escalier qui monte au Royaume
est caché au plus profond de ton cœur.

Saint Sabbas † 512

Quiconque bâtit une cellule, édifie l’Église de Dieu.

Saint Dorothée de Gaza † 530

Qui connaît la douceur d’être avec Dieu, sinon celui qui en a l’expérience ?

Dad-Icho † VI° siècle

Le Père est ton monastère.
Le Fils est ton compagnon.
L’Esprit Saint sanctifie ta cellule.
Le Roi du Ciel va te réjouir en te disant cette parole de vie
en présence des Anges et des Saints :
« Toi, ô béni de mon Père, viens :
J’étais prisonnier dans ta cellule
et tu es venu me visiter !
 »

Saint Denys l’Aréopagite † début du VI° siècle

O Bienheureuse Trinité, guide-moi au-delà de l’inconnaissance jusqu’à la cime la plus haute, là où les mystères simples, absolus et incorruptibles de la théologie se révèlent dans la ténèbre plus que lumineuse du silence.

Saint Jean Climaque † 649

Je vous présente, mes chers amis, un pain délicieux et salutaire pour la nourriture de vos âmes ; je veux dire de vous parler de la vertu admirable de ces moines qui, pour s’accoutumer à recevoir avec la plus grande patience et la plus parfaite charité les injures, les affronts et les mépris des autres, s’étaient réunis ensemble pour s’exercer à supporter toute sorte d’humiliations, d’outrages et de mépris.
Il est de la plus grande importance pour ceux qui sont chargés de distribuer aux autres le pain de la Parole de Dieu, de faire une attention particulière à l’âge des personnes auxquelles ils la distribuent, aux personnes mêmes, à la quantité de cette divine nourriture, et à la manière dont ils l’administrent.

Saint Maxime le Confesseur † 662

Le monde est un car le monde spirituel dans sa totalité se manifeste dans la totalité du monde sensible pour ceux qui ont des yeux pour voir. Et le monde sensible tout entier est secrètement transparent au monde spirituel tout entier. Dans celui-ci est celui-là par les essences, et dans celui-là est celui-ci par les symboles, et l’œuvre des deux est une.

Saint Jean Damascène † 749

La tente d’Abraham est de toi un présage très manifeste : car à Dieu le Verbe, venu habiter en ton sein comme sous la tente, la nature humaine a offert le pain cuit sous la cendre, c’est-à-dire les prémices d’elle-même à partir de ton sang très pur, cuites et transformées en pain par le feu divin, subsistantes dans sa personne, et servant vraiment de nourriture à un corps vivifié par une âme raisonnable et intelligente.

Saint Théodore Studite † 826

Nous marchons ensemble, dans un seul esprit,
vers ce qui est vraiment notre unique désir,
l’unique but de notre élan :
servir le Seigneur et lui plaire,
comme dans un nouveau paradis, dans cette vie angélique…
C’est là tout le don de Dieu !
Notre joie, notre nourriture,
l’objet de notre zèle et notre souci :
c’est le moyen de plaire au Seigneur.

Saint Syméon le Nouveau Théologien † 1022

Père, mère, frères, parents et étrangers et tout le reste de ma famille et de mes amis : tu m’as séparé d’eux, moi pécheur, plus misérable qu’eux tous, ô Sauveur, et Tu m’as recueilli dans tes bras immaculés. Hymne II, 40

Saint Bruno † 1101

Ce que la solitude et le silence du désert apportent d’utilité et de joie divine à ceux qui les aiment, ceux-là seuls le savent qui en ont fait l’expérience.

Saint Bernard † 1153

Le silence est le gardien de la vie monastique. Il fait notre force.

Saint Séraphim de Sarov † 1833

La parole de Dieu, comme dit Grégoire le Théologien, est le pain des anges dont se nourrissent les âmes assoiffées de Dieu.

Saint Charbel † 1898

La solitude est une qualité d’âme d’abord et l’ermitage, on le contient en soi avant d’être contenu par lui. Vie par Michel Hayek

Bienheureux Charles de Foucauld † 1916

Ce désert m’est profondément doux. Il est si doux et si sain de se mettre dans la solitude en face des choses éternelles. On se sent envahi par la vérité.

Saint Silouane † 1938

L’Esprit Saint nous fait parents de Dieu. Si tu sens en toi la paix divine et l’amour universel, ton âme est déjà semblable à Dieu.

Thomas Merton † 1968

Il serait tragique qu’un moine fit un exposé clair, précis, facilement compréhensible de sa vie monastique, de sa vocation d’homme caché en Dieu, car cela signifierait qu’il croit, à tort, comprendre le mystère de sa vocation. Toute la substance de la vie monastique est donc enfouie dans le silence.