… MAIS DE TOUTE PAROLE QUI SORT DE LA BOUCHE DE DIEU

Voici venir des jours
— oracle du Seigneur —
où j’enverrai la faim dans le pays,
non pas une faim de pain,
non pas une soif d’eau
mais d’entendre la Parole du Seigneur.
On ira titubant d’une mer à l’autre mer,
du nord au levant, on errera
pour chercher la Parole du Seigneur
et on ne la trouvera pas !

Amos 8,11-12

JUDAÏSME

L’Église se souvient qu’elle a reçu la révélation de l’Ancien Testament par ce peuple avec lequel Dieu, dans sa miséricorde indicible, a daigné conclure l’antique Alliance et qu’elle se nourrit de la racine de l’olivier franc sur lequel ont été greffés les rameaux de l’olivier sauvage que sont les païens. L’Église croit que le Christ, notre Paix, a réconcilié les Juifs et les païens par sa croix et en Lui-même, des deux peuples en a fait un seul. NOSTRA ÆTATE §4

En ce désert propice à la révélation, Dieu va parler à ABRAHAM, le Père des croyants, à MOÏSE, l’homme de la Tora de Feu, qui préfigure le Fils unique, et à ÉLIE, le prophète vierge de l’intimité solitaire et silencieuse avec Dieu. Trois serviteurs du Dieu de l’Alliance qui nous invitent à nous mettre en marche avec eux sur les sentiers de l’Histoire Sainte d’un Peuple en lequel nous pouvons contempler l’accomplissement du bienveillant Dessein éternel, et en lequel s’enracine notre propre histoire de croyants.

Dans la solitude, Dieu est proche.
Dans les déserts, Il habite en nous.
Les lieux remplis de monde nous sembleront solitaires
et les solitudes ne nous paraîtront pas vides.
Nous serons toujours joyeux en Dieu,
remplis d’allégresse en notre Créateur,
de jubilation à cause de sa volonté,
de désir pour l’instant où nous Le rencontrerons. Bahya Ibn Paquda. † X° siècle

Le désert n’est pas le lieu de l’isolement mais d’une rencontre. André Néher † 1988