LES MONASTÈRES DANS LE MONDE

rechercher
un monastere


MONASTÈRE NOTRE-DAME DE L’ASSOMPTION
BET GEMAL

cartedumonde

(Patriarcat Latin
de Jérusalem)
P.O.B. 525 99101,
Bet Shemesh
ISRAËL
+972/(0)2 991 18 89

A mi-distance entre Tel Aviv et Jérusalem, à une trentaine de kilomètres de Gaza, près de la ville de Bet Shemesh, la colline de Bet Gemal dont le nom signifie en hébreu « la maison de Gamaliel » et en arabe « la maison de la Beauté » est comparable aux collines du Cantique des cantiques. Empreinte de paix, de lumière et de silence, cette splendeur à la fois naturelle et surnaturelle fascine les enfants d’Abraham et les conduit à adorer le Créateur, tous irrésistiblement attirés par cette même recherche du Dieu Vivant, par cette même attente du Messie. Dès le V° siècle, cette colline a acquis un renom par la découverte des reliques du premier martyr chrétien de Jérusalem : Saint Étienne qui, selon une antique tradition judéo-chrétienne, aurait été enseveli dans la propriété du célèbre rabbin Gamaliel, maître de Paul de Tarse et membre du Sanhédrin, ainsi que Nicodème et son fils Abidas. De cet événement dépendent à la fois tout le sens de ce lieu, son histoire et son importance pour les Chrétiens.

Jusqu’en 1967, cette colline est exploitée par une école agricole fondée par les Pères Salésiens. Ils y éduquent des enfants arabes de la région. Les aléas de la vie politique ont conduit à la fermeture de cette école. Les terrains continuent d’être en partie cultivés courageusement par les fils de Don Bosco : champs de céréales, vignes, oliviers. Des bédouins y mènent paître leurs troupeaux. Dans une perspective évangélique commune, les Salésiens, la communauté des moines et celle des moniales, accueillent sur la colline de nombreux visiteurs israéliens, palestiniens et des pèlerins de tous horizons et de tous pays. En 1987 le lieu de l’actuel monastère des moniales est généreusement offert par les pères Salésiens. André Nathan Chouraqui, qui fut maire-adjoint de Jérusalem, grand auteur bien connu, entre autre pour sa traduction de la Bible, favorise et permet que ce monastère puisse être érigé et construit sur la terre d’Israël.